Après 3 semaines de vacances pré-révisions, me voilà de retour à Paris... J'ai laissé derrière moi la Savoie, mais toute à ma nostalgie, j'avais envi de manger quelque chose avec des pralines dedans toute fondouillées... tarte briochée bien sûr ! Cette idée a été goûtée pour la première fois lors des soirées JJ Rousseau aux Charmettes près de Chambéry ; après avoir visité la maison de Mme de Warens et écouté les acteurs nous conter la vie chambérienne de Rousseau, nous avions eu droit à un goûter avec cette fameuse tarte... Comme beaucoup de femmes, la lecture de Julie ou La nouvelle Héloïse m'a définitivement fâchée avec Rousseau, cependant cette tarte est la preuve que l'oeuvre de cet affreux charlatan philosophe peut aboutir à des choses trés positives ! Je m'excuse d'avance auprès des rousseauistes convaincus qui passeront par là, mais vraiment j'ai une dent contre lui ( pas qu'à cause de son machisme d'ailleurs !). Ceci étant si vous passez par Chambéry cet été, je vous conseille vivement ces soirées ( le même concept pour Lamartine sur un bateau au Lac du Bourget), renseignez-vous à l'Office du tourisme de Chambéry !

Les ingrédients pour une énorme tarte :
   Pour la pâte briochée :
   - 250 g de farine
   - 8 g de levure de boulanger déshydratée ( soit un sachet)
   - 1 petite tasse à café de lait tiède
   - 3 grosses cuillères à soupe de sucre + 2 cuillères à café
   - 100 g de beurre ( demi-sel chez moi ; si beurre nature, ajoutez un peu de sel)
   - 2 oeufs

   Pour la crème pâtissière rose :
   - 1/4 l de lait
   - 1 gousse de vanille ( ou extrait de vanille)
   - 60 g de sucre
   - 2 jaunes d'oeuf
   - 30 g de farine
   - 30 g de fécule de maïs
   - 50 g de pralines roses concassées ( à vos pilons ! Sinon, glissez vos pralines dans un sac congélation et écrasez-le au rouleau à patisserie)

   Pour la garniture :
   - ben des pralines bien sûr !! 250 g
 

La recette :
   Pour la pâte briochée ( à préparer la veille) :
   Mélangez le lait avec 2 cuillères à soupe de sucre et faites tiédir ( entre 10 et 45° pour les perfectionnistes pour ne pas tuer la levure mais l'activer quand même). Délayez la levure dans le lait et attendez 1/2 h pour activation de la levure.
   Dans un grand saladier ( la pâte va à peu près tripler de volume...prévoyez large !), mélangez la farine et le sucre, faites un puit et ajoutez les 2 oeufs et la levure. Pétrissez énergiquement jusqu'à obtenir une boule homogène. Ajoutez alors le beurre trés ramolli et pétrissez de nouveau jusqu'à ce que la pâte se décolle de vos doigts ( recette indéniablement pratique puisqu'elle prévoit le nettoyage de mains intégré !).
   Placez un lit épais de farine au fond de votre saladier, placez la pâte au dessus, un torchon sur le tout, et oubliez au minimum 2h, idéalement toute une nuit.

   Pour la crème pâtissière rose :
   Battez énergiquement le sucre et les 2 jaunes jusqu'à ce que le mélange blanchisse et mousse. Ajoutez la farine et la fécule tamisée et une cuillère à soupe du lait. Réservez.
   Faites bouillir le lait avec la vanille. Dés qu'il boue, incorporez par tiers successifs au mélange précédent tout en remuant bien.
   Replacez la crème à feu moyen sans cesser de remuer. A la reprise de l'ébullition, comptez 20 secondes puis transvaser la crème dans un récipient froid. Incorporez alors les pralines concassées.

   Montage et cuisson :
   Repétrissez la pâte à brioche, si besoin est ajoutez de la farine ( globalement, il faut toujours avoir de la farine à portée de main quand on boulange). Etalez sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Tartinez de crème pâtissière puis dispersez les pralines entières restantes. Laissez reposer 1h pour que la pâte lève. Dorez éventuellement les bords avec un peu de lait ou un jaune d'oeuf. Enfournez à 200° pour 20 min.

   Objectivement, c'est trop bon !.. Presque meilleur que le Saint Genix ( ah la crème patissière...)

2006.04.26_tarte_brioch_e_aux_pralines_roses